Mairie de Lannilis Mairie de Lannilis

Historique de la commune

Le toponyme de “LANNILIS” se trouve dès 1330 dans certains textes sous la forme “LANNA ECCLESIAE” (LE LANN de l’église).

C’était alors le centre de la grande paroisse de PLOUDINER qui venait d’être ou qui allait être démembrée pour former les 3 paroisses de LANNILIS, LANDEDA et BROENNOU.

Plusieurs siècles auparavant, notre coin de terre avait reçu la visite des Romains qui y avaient établi un Oppidum, peut-être Vorganium. Des tronçons de voies romaines se voient encore sur le territoire de LANNILIS.

ancienne vue du bourg

A partir de la division de PLOUDINER, vers 1300, LANNILIS a connu l’existence en général paisible de toutes les paroisses léonardes. De temps en temps cependant, l’affaire des goémons que les Lannilisiens pouvaient cueillir sur tout le territoire de l’ancien PLOUDINER venait troubler la quiétude de nos ancêtres. Les paroisses maritimes nées de la division du Plou primitif, voulaient en effet se réserver l’exclusivité de la cueillette. Mais régulièrement, les procès intentés aux Lannilisiens tournèrent à leur avantage.

LANNILIS étant classée paroisse rurale, il n’y avait pas de Communauté de Ville. Le Général ou Corps Politique se réunissait régulièrement pour traiter des affaires civiles et religieuses. Les recteurs y avaient simplement voix consultative. La plupart des noms de ceux qui ont exercé cette charge depuis 1330, nous sont connus ainsi que plusieurs actes de leur ministère d’après les registres de l’ancienne Université de Paris. A partir de 1566, les archives paroissiales conservées à la Mairie permettent d’établir une liste complète de tous les chefs de paroisse qui se sont succédés à LANNILIS. La première église dont il soit fait mention dans les archives fut consacrée le 25 mars 1516. Elle tombait en ruines au milieu du XVllle siècle et fut rebâtie en 1775. Cent ans plus tard, devait être construite l’église actuelle.

Notre paroisse comportait, avant la Révolution, une vingtaine de chapelles de quartiers dont la plus célèbre, aujourd’hui disparue, fut Notre-Dame de TROBEROU, qui joua un rôle important sous l’Ancien Régime. Une autre chapelle historique est celle de Saint-Sébastien, sur la route de Brest, toujours existante. Elle fut bâtie en 1640 et terminée en 1643 à la suite d’une épidémie de peste qui ravagea la contrée.

A la fin de l’Ancien Régime, LANNILIS était en tête avec LANDIVISIAU, de toutes les paroisses rurales du LEON pour l’impôt du vingtième, dépassant même de loin d’anciennes petites villes déchues. Ceci expliquait une grande prospérité du commerce local, marquée en particulier par la faveur considérable dont jouissaient les marchés du mercredi. A signaler aussi que le port de Paluden permettait aux commerçants locaux de se ravitailler facilement par mer. Une industrie locale qui dura des siècles mais qui mourut au début du XXè siècle fut celle des potiers qui vendaient leurs produits dans toute la Basse-Bretagne. Quant aux tisserands Lannilisiens, leurs toiles de lin étaient fort prisées dans toute la province.

ancienne vue du bourgancienne vue du bourg

La Grande Révolution amena de profonds troubles dans notre paroisse où une petite minorité de bourgeois avait adhéré avec plus ou moins d’enthousiasme aux idées nouvelles. Le peuple fut profondément mécontenté par la tournure antireligieuse prise par les événements. Il en conçut une vive horreur pour la République, qui devait encore profiter cent ans plus tard aux candidats royalistes. Une seule tête Lannilisienne tomba sur l’échafaud, celle du Maire, DENIEL, Girondin Fédéraliste, exécuté en même temps que les autres administrateurs du Finistère.

Le XIXe siècle devait amener à LANNILIS des changements considérables : amélioration générale de la voirie urbaine et rurale, construction d’un hospice, d’une mairie, d’une église et de plusieurs écoles. L’un des administrateurs les plus remarquables fut le célèbre Docteur Augustin MORVAN, qui fut maire durant de longues années et aussi député du Finistère. Signalons également que sept Audren de Kerdrel se succédèrent à la Mairie depuis le 1er Empire jusqu’en 1948 et que tous furent des maires intègres et dévoués. Avec le XXe siècle, LANNILIS a continué une évolution qui s’est considérablement accentuée ces dernières années. L’agglomération s’est agrandie de part et d’autre, des voies nouvelles ont été créées, des lotissements ont surgi, le service d’eau et le tout à l’égout ont fait leur apparition et l’activité industrielle et commerciale a pris le pas sur l’agriculture, naguère prépondérante. Il semble certain que cette évolution soit appelée à se développer encore. Par le machinisme, les exploitations agricoles deviendront de plus en plus importantes, faisant disparaître un grand nombre de petites fermes. Il est souhaitable que la main d’œuvre, rendue ainsi disponible puisse trouver sur place à s’employer, ce qui permettrait de pallier avantageusement le déclin désormais, semble-t-il inévitable de nos antiques marchés hebdomadaires.


Pour découvrir plus en détails la richesse du patrimoine du Pays des Abers,
vous pouvez visiter le site de l'association "Croix des Abers" à l'adresse suivante: Patrimoine des abers.

Mairie de Lannilis - 19 rue de la Mairie - BP. 58 - 29870 LANNILIS - Tél. 02 98 04 00 11 - Fax. 02 98 04 00 00

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris